Patrice Faubert

Aphantasie planétaire

L'umami
Cette saveur d'outre-nuit
Cinquième de la vie
En 1908, le japonais Kikunae Ikeda
Sucré, salé, acide, amer, et donc plus que ça
Mais au fond
Tout est une affaire de perception
Perception de la convention
Convention de la perception
Seule certitude
C'est la respiration qui nous déambule
Et même avec la vie dure
La plupart du temps, l'on endure
Ou alors, l'on s'en débarrasse
Et plus jamais elle ne nous tracasse
Certes
La mort est délivrance
Et même à défaut de renaissance
Même
Si la vie paraît bien morte
Même
Si la mort paraît bien vivante
Et puis
D'un univers parallèle l'autre
D'un possible échoué l'autre
D'une possible réalité l'autre
Toutes les bifurcations possibles
Ont été, sont, seront, possibles
Car, à la physique des particules
Car, à l'organisation des molécules
Il n'est rien d'impossible
Tout s'y mélangeant, tout s'y confondant
Nous sommes dans d'indicibles mondes
L'on s'y épanouit, l'on s'y morfond
De tous les possibles
Qui peuvent s'avérer possibles
Nous sommes une gravitationnelle fronde !
Dans chaque ronde
Dans chaque monde
De l'éternité à la seconde
Et de part chaque idiosyncrasie différente
D'une époque similaire ou différente
De diverses sexualités différentes
Tour à tour
En mâle ou en femelle
Tour à tour
Mort-né ou centenaire
Mais
Si la vie sur la Terre
Valait vraiment la peine d'être vécue
Si tout le monde s'y aimait
Avec une vraie égalité
Avec une vraie fraternité
Avec une vraie liberté
Tout s'épanouirait dans le vrai
Avec ainsi plus aucun vrai faux besoin
De nos vies comme sans rien
Et aussi
Plus aucune religion
Plus aucune idéologie
Plus aucun espoir
Plus aucun désespoir
Il n'y en aurait plus aucun besoin
Dans sa peau, tout le monde serait bien
La fin du capitalisme pas vert ou vert
Fin du fascisme brun
Fin du fascisme rouge
Qui même avec de la viridité
Serait surtout de la virilité
Mais déjà tout a été gâché
Mais déjà tout a été saboté
Et à l'horreur, il faut s'adapter !
L'ère des prothèses
Seins, dents, hanches, yeux, jambes, bras
De l'écologie et de ses fadaises
Quelques pansements et voilà !
Toute
Une consommation
De la destruction
Une consommation
De la restauration
Sans la destruction
De tout ce que nous consommons
Certes
Avec une restauration
De toutes nos diverses destructions
Volontaires ou involontaires
Et nos ridicules compensations comme paroles en l'air
Toute une aphantasie
Du jadis à aujourd'hui
Permettant l'avènement d'un régime nazi
Et de toutes façons
Toute compétition est un peu nazie
Toute comparaison est un peu nazie
Car c'est une forme scotomisée de xénophobie
La révolte naissant toujours du quotidien
La vie courante avec le mot fin
France, octobre 2018
Le gazole à 1,53 euro
Et prit corps le mouvement des Gilets jaunes
Tout être humain stipendié
De sa propre activité ou non-activité
Et puis, pour les personnes excitées
En France, pour la citer
Il y a 640 commissariats
Pour tout contrevenant, voilà !
Jamais vidés, nettoyés, de la saleté accumulée
Avec toute une insalubrité très fréquentée
Comme la plupart des têtes
Toujours, du bien vivre, en défaite
Des TGV jusqu'à la société
Des toilettes comme bouchées
Toute une puanteur  invisibilisée
Toute une puanteur institutionnalisée
D'une façon l'autre
En France, mais aussi, dans le monde entier !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

Diesen Beitrag empfehlen:

Mit eigenem Mail-Programm empfehlen

 

Die Rechte und die Verantwortlichkeit für diesen Beitrag liegen beim Autor (Patrice Faubert).
Der Beitrag wurde von Patrice Faubert auf e-Stories.de eingesendet.
Die Betreiber von e-Stories.de übernehmen keine Haftung für den Beitrag oder vom Autoren verlinkte Inhalte.
Veröffentlicht auf e-Stories.de am 20.11.2021. - Infos zum Urheberrecht / Haftungsausschluss (Disclaimer).

 

Der Autor:

  • Autorensteckbrief
  • thx11382gmx.fr (Spam-Schutz - Bitte eMail-Adresse per Hand eintippen!)

  Patrice Faubert als Lieblingsautor markieren

Bücher unserer Autoren:

cover

Über den Tag hinaus von Hartmut Pollack



Poetische Gedanken über Liebe und Natur
Über den Tag hinaus zu schauen, heißt für mich, neben dem Alltag, dem normalen Alltäglichen hinaus, Zeit zu finden, um das notwendige Leben mit Gefühlen, Träumen, Hoffnungen, Sehnsüchten, Lieben, das mit Lachen und Lächeln zu beobachten und zu beschreiben. Der Mensch braucht nicht nur Brot allein, er kann ohne seine Träume, Gefühle nicht existieren. Er muss aus Freude und aus Leid weinen können, aber auch aus vollem Herzen lachen können. Jeder sollte neben dem Zwang zur Sicherung der Existenz auch das Recht haben auf romantische Momente in seinem Leben.

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig!
Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen!

Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel

Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie "Politics & Society" (Französische Gedichte)

Weitere Beiträge von Patrice Faubert

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Impéritie - Patrice Faubert (Lyrics)
Love - Christina Dittwald (Emotions)