Qayid Aljaysh Juyub

Une aventure folle: La destitution létale du ministre malade mental

Soyez les bienvenus, tueurs amateurs et assasins de tyranniques. Bien sûr, les filles qui marchent sur les traces de Penthesilea et qui aiment se moquer des machos stupides ou les aplatir sont aussi les bienvenues ici. Aujourd'hui, il s'agit de mettre hors d'état de nuire final un ministre fou et dangereux pour la société. Le dictatorial Lord Segafredo Charles Klabauterholz de Bach - que les mauvaises langues appellent aussi 'Nazi-Charlie' - est l'un de ces laquais au service d'une oligarchie mondialiste, chargé de mettre en place un régime totalitaire en Absurdistan. Serviteur utile pour ses maîtres, Charlie le nazi n'en est pas moins une marionnette assez déjantée.

Sans être gênés par les masses abruties et systématiquement abruties par la propagande, les représentants de l'élite corrompue de l'Absurdistan mènent des expériences génétiques inhumaines au service de multinationales pharmaceutiques. Un commerce lucratif pour beaucoup, mais la bande sans scrupules éprouve tout de même certaines inhibitions à pratiquer ses expériences humaines sur des enfants. C'est là qu'intervient notre fou de Lord Klabauterholz qui, en raison de son trouble de la personnalité psychopathique, fait même gaver les bébés de produits pharmaceutiques génétiquement modifiés par appât du gain. Ton objectif est maintenant de mettre ce fasciste hors d'état de nuire. Pour commencer, tu peux choisir un rôle, à savoir :

  1. En tant que parent vengeur d'une des victimes de Segafredo et de ses acolytes.
  2. En combattant de la liberté contre la tyrannie, qui veut porter un coup sensible au système.
  3. En tant qu'agent d'un bloc de pouvoir concurrent à la ploutocratie mondiale qui, pour des raisons inconnues, veut éliminer le Seigneur fou.
  4. En tant que 'loup solitaire' d'un groupe fondamentaliste qui souhaite généralement faire descendre les infidèles/impérialistes/or whatever d'un étage.

Le choix des armes :

Si tu as choisi 'a', je te dis d'abord 'bravo', car c'est probablement le niveau de difficulté le plus élevé. Comme tu n'as pas de formation spécifique d'assassin ni de connexions étendues, il ne te reste que le bon vieux couteau de cuisine.

b) C'est mieux ! Tu peux utiliser soit un pistolet obtenu illégalement, soit une valise piégée que tu as fabriquée toi-même. Cependant, tu n'as pas suivi de formation approfondie et tu peux tout au plus t'attaquer à des laquais en uniforme.

c) D'accord, plus simple que les autres possibilités. Tes commanditaires souhaitent que la mort du fou de Segafredo paraisse la plus naturelle possible. Tu peux donc essayer d'administrer au seigneur pharmaceutique soit une piqûre spécialement préparée (effet immédiat), soit utiliser un bouquet de fleurs empoisonné (mort au bout de quelques heures) pour simuler un arrêt cardiaque. Mais tu es un agent entièrement formé et tu possèdes une fausse carte d'identité d'un employé de la télévision nationale.

d) Enfin, moyennement, je suppose. Tu peux utiliser un pistolet, une bombe et un couteau de cuisine. Cependant, ton arme la plus puissante est la foi, tu devrais donc plutôt faire preuve de ruse face aux sbires de l'État.

Il est important de noter que tu ne peux utiliser qu'une seule arme à la fois dans notre aventure mortelle, alors décide-toi maintenant - pour les justiciers, le choix est bien sûr plutôt limité.

Venons-en donc maintenant au décor. Comme beaucoup de psychopathes mégalomanes, Klabauterholz aime les apparitions dans les médias étatistes, dont les éloges rectaux procurent un plaisir extraordinaire au seigneur fou. Pour toi, le prochain talk-show de Charlie le nazi sera donc l'occasion de débarrasser le monde d'un tyran.

Commençons donc ce jeu meurtrier :

Peu importe ce que tu es censé être, tu te trouves maintenant devant le magnifique bâtiment de la chaîne de télévision publique financée par la force. Tu peux maintenant :

  1. Entrer dans le bâtiment par l'entrée principale (voir section 1).
  2. Commencer par chercher une entrée dérobée et essayer d'infiltrer la chaîne de télévision à partir de là (continuer au paragraphe 2).

 

(1)

Déterminé, tu entres dans le 'Palazzo Prozzo' de la télévision d'État, financé par les redevances obligatoires. A ton grand désarroi - si tu es un agent d'une puissance étrangère, tu t'y attendais bien sûr - quatre sbires en uniforme bleu contrôlent les cartes d'identité des personnes qui entrent et procèdent à des fouilles corporelles. La question est maintenant de savoir comment passer à côté de ces brutes plus primitives, mais lourdement armées, du pouvoir d'État ?

  1. Es-tu armé d'un couteau de cuisine ? Ensuite, passe à la section 3.
  2. Possèdes-tu une bombe ou un pistolet ? (Si oui, passe à la section 4).
  3. As-tu caché une seringue ? (section 5).
  4. Apparais-tu même avec un bouquet de fleurs ? (section 6).

 

(2)

Tu découvres effectivement une entrée de service visiblement déverrouillée, mais devant laquelle se trouvent deux messieurs bien habillés et aux aguets. Tu ne peux pas t'empêcher de remarquer l'odeur de charogne de la Service Sécurité de l'État sur les deux 'videurs'. C'est clair, ce ne sera pas facile avec les agents de la STASI.

Et maintenant ?

  1. Tu devrais peut-être tenter ta chance avec l'entrée principale. (1)
  2. Persuader les messieurs de te laisser entrer ou éventuellement essayer de les approcher pour les tuer. (7)
  3. Lancer immédiatement une attaque avec ton couteau de cuisine. (8)
  4. Tu essaies de tirer sur ces types alors qu'ils sont à 25 mètres de toi. (9)

 

(3)

Eh bien, tu n'as pas beaucoup d'options. Tu peux essayer :

  1. Te confier aux dieux de la vengeance ou à qui que ce soit d'autre et attaquer les gardes fascistes. (11)
  2. Utiliser la ruse et compter sur la stupidité des sbires de l'État. (12).
  3. Te faire discret et chercher une autre entrée (2).

 

(4)

Eh bien, avec ton pistolet ou le 'pétard', tu peux oublier une intrusion inaperçue. Alors :

  1. Tu tires avec ton arme de poing pour te frayer un chemin. (13)
  2. Tu te fais exploser avec la troupe de protection impérialiste. (14)
  3. Tu t'éclipses discrètement et tu cherches une autre entrée (2).
  4. Essaie de ruser, car les zombies en uniforme ne sont pas vraiment des génies. (15)

(5)

D'un air humble, qui fait plaisir au sbire chargé du contrôle, tu présentes la fausse carte d'identité. Bien qu'impressionné par ton faux statut de sous-rédacteur, le flic fasciste procède à une fouille corporelle.

"Qu'est-ce que c'est, vous êtes accro à l'héroïne ?"

Eh bien, les membres de la garde des matraques ne sont certes pas les plus intelligents et le gardien de la toute-puissance de l'Etat te fait certes un clin d'œil amical, mais secoue en même temps sa tête carrée.

"C'est un détail, parce que tu es de la télévision nationale, mais je ne peux pas te laisser entrer parce que Son Altesse est là".

Maintenant, ta formation te sert et tu offres au génie en uniforme un regard de chien battu fidèle.

"Monsieur le sergent-chef, si je peux me faire pardonner par votre police-seigneurie, c'est ma dixième vaccination de rappel. Comme je voulais quand même voir Lord Klabauterholz dans toute sa gloire, je viens de prendre la seringue dans le bus de vaccination et je me piquerai tout à l'heure dans les toilettes pour hommes".

"Tu peux passer !"

Avec un sourire aussi chaud que le soleil d'un jour de juillet, le flic en chef au cerveau amputé ouvre la voie, tandis que ses camarades moins intelligents applaudissent.

Souriant intérieurement à l'idiotie des lots inférieurs du système, tu continues prudemment ton chemin en direction du studio d'enregistrement, dont tu connais bien l'emplacement grâce à tes connexions.

Cependant, tu n'as pas été informé de la présence de deux gorilles qui y contrôlent l'entrée et se font manifestement présenter des invitations. En fait, tu aurais dû te douter que seul un public trié sur le volet pouvait écouter les élucubrations folles de Charlie le nazi. Tu te maudis toi-même, ainsi que ton informateur, que tu as l'intention de liquider à la prochaine occasion. Grâce à ta formation, tu reconnais que ces agents sont des élites et qu'ils ont décidément plus de compétences que les flics déjà professionnels de la STASI.

Donc tu peux :

  1. Essayer de convaincre les messieurs de te laisser entrer. (16)
  2. Te fournier d'une manière ou d'une autre une invitation d'un des lèches-bottes. (17)

(6)

Les visages déjà stupides des uniformes affichent l'expression d'une confusion totale lorsque tu apparais avec le bouquet de fleurs emballé dans de la cellophane.

"Tu es quoi, gay ou quoi ?"

L'agent de police qui te contrôle, dont le visage et la carrure font penser à un proboscidien amateur de truffes, te regarde avec mépris. Cependant, l'expression du fonctionnaire homophobe se transforme en respect réticent lorsque tu présentes ta fausse carte d'identité.

"Sous-rédacteur, vous devez être allé à l'unipervers. C'est un peu comme un sergent et il doit aussi être totalement fidèle au gouvernement. Sans vouloir te vexer, je ne veux pas dire que je déteste les gays. Je suis très coloré et j'aime même les pervers. Mais il faut quand même ouvrir l'autruche, parce qu'il y a Sire Klabauterholz"

Bien que tu sois légèrement mal à l'aise, car le souhait de ce policier si tolérant active en quelque sorte ton bouquet de poison, tu t'empresses d'obéir à l'ordre.

"Eh bien, sergent-chef, vos désirs sont des ordres. Comment pourrais-je résister à un homme aussi imposant ? Vous me semblez aussi être un homme très féminin. Vous ne voulez pas renifler ?"

Complètement perplexe, le flic de tête suit ta recommandation avant que son esprit paresseux ne réalise complètement ce qui a été dit. L'ami des fleurs couine d'horreur et recule de quelques pas devant toi.

"Eh bien, mon petit sergent-chef, vous ne voulez pas me faire une fouille au corps ?"

"Non, tu es fidèle à l'État, tu peux partir très vite".

Conscient qu'un laquais homophobe du système va bientôt rejoindre les terrains de chasse éternels et que tu devrais si possible ne pas oublier de t'injecter l'antidote à temps, tu passes la garde de matraque fasciste. Le chemin vers le studio d'enregistrement t'est parfaitement connu grâce à tes connexions dans les services secrets et, de temps en temps, tu laisses un des employés de la chaîne de télévision renifler les fleurs pour que la sentinelle fasciste ne soit pas si seule dans l'au-delà.

Cependant, tu n'as pas été informé de la présence de deux golems qui y contrôlent l'entrée et se font manifestement présenter des invitations. En fait, tu aurais dû te douter que seul un public trié sur le volet pouvait écouter les élucubrations folles de Charlie le nazi. Tu te maudis toi-même, ainsi que ton informateur, que tu as l'intention de liquider à la prochaine occasion. Grâce à ta formation, tu reconnais que ces deux monstres sont des agents d'élite et qu'ils ont décidément plus de compétences que les flics déjà professionnels de la STASI.

Et maintenant ?

  1. Tu essaies de convaincre les messieurs de te laisser entrer. (18)
  2. Tu essaies de te procurer d'une manière ou d'une autre une invitation d'un des lèches-bottes. (19)

(7)

Les deux sbires de la STASI te regardent avec méfiance tandis que tu t'approches d'eux en essayant de paraître le plus inoffensif possible. Tu remarques que l'un des deux plonge discrètement la main dans sa poche intérieure et se place de manière à avoir un champ de tir dégagé sur toi en cas d'urgence. Quelques mètres avant que tu n'atteignes les gardes, le collègue du pistolero élève la voix.

"Arrêtez de bouger ! Qui êtes-vous et que voulez-vous ?"

Maintenant, la question se pose,

  1. si tu vas y aller avec un bouquet de fleurs ? (20)
  2. tu as caché une injection létale ? (21)
  3. tu as un pistolet, une bombe ou un couteau de cuisine ? (22)
  4. ou si tu veux quand même tuer les gars de près ? Cependant, cette possibilité disparaît si tu as choisi les fleurs ou la bombe. (10)

 

(8)

Tu commences ton attaque avec un cri de guerre sauvage, tandis que les deux agents dégainent leurs armes de manière routinière et te laissent approcher à une portée confortable. En deux tirs bien placés, les agents de la sécurité d'État stoppent ton attaque et t'envoient dans le monde meilleur de ton choix.

La partie est terminée, mon cher.

 

(9)

Eh bien, c'est une façon assez bruyante de se suicider. Même un tireur d'élite aurait du mal à toucher plus petit qu'un éléphant à cette distance. Contrairement à toi, les deux agents disposent d'armes de précision, s'approchent en profitant des abris possibles et t'abattent dans les règles de l'art.

GAME OVER

 

(10)

"Oh, où suis-je donc ? C'est le bordel. T'as l'air bizarre pour une prostituée".

"Ce type est complètement bourré. Casse-toi ou on te fait la peau".

Tu peux observer comment le tireur potentiel se détend et comment la vigilance des deux flics de la STASI diminue. C'est le moment idéal pour attaquer.

Alors, mec, maintenant, ça dépend si tu :

  1. attaques avec un petit couteau. (23)
  2. possèdes une arme de poing. (24)
  3. possèdes une seringue mortelle cachée (25)

 

(11)

Avec un cri de vengeance et de justice, tu commences ton attaque et tu réussis effectivement à blesser légèrement un des sbires avec ton couteau. Malgré leur cerveau inerte, les porteurs d'uniforme agissent relativement vite, car ils ont été conditionnés à ce genre de situation par des formations interminables. Heureuses de pouvoir se défouler, les forces de sécurité de bas niveau te criblent de balles.

C'est tout, bienvenue dans un monde meilleur.

 

(12)

Souriant de manière débilitante, tu t'approches d'un des flics qui effectuent le contrôle et tu présentes lentement ton couteau de cuisine. Avant que le sbire complètement perplexe ne puisse saisir la situation de danger dans son appareil de pensée stupide, tu saisis l'occasion.

"Je suis Igor de la cantine, j'ai oublié mon couteau pour éplucher les pommes de terre. Tu me laisses passer, grand chef de la police ? Chef Frankenstein me frapperait sinon".

C'est avec mépris que l'gorille en uniforme te regarde.

"Quoi, tu dois être un migrant, un Syrien ou quelque chose comme ça. Je ne veux pas être comme ça, parce que je suis plein de Verts, qui aiment maintenant les matraques et les canons à eau. Alors va te faire foutre dans ta cantine et dis à ton patron de te casser la gueule de ma part".

"Merci, ô génial ornement de la brutalité policière !"

"Quoi ?"

"C'est un salut syrien, ô Seigneur !"

"Va-t'en, le Turc !"

Heureux que le cerveau primitif du géant de l'esprit en uniforme bleu t'ait mis dans le bon tiroir, tu continues ton chemin. Mais tu ne sais pas vraiment où se trouve le studio dans lequel le nazi fou Charlie amuse ses copains.

Tu peux donc :

  1. tentent de trouver le lieu des folies ministérielles par leurs propres moyens. (26)
  2. demander poliment à un employé de la télévision d'État. (27)
  3. te capturer un serviteur de l'institut de propagande et le faire parler dans un endroit tranquille. (28)

 

(13)

Comme Billy the Kid avec trois grammes d'alcool par litre de sang, tu commences à tirer dans tous les sens, mais malheureusement, tu es tout aussi précis. Certes, tu parviens à envoyer l'un des sbires au paradis des nazis par un tir à bout portant, mais en contrepartie, les autres porteurs d'uniformes agissent par réflexe, leur esprit paresseux ayant été conditionné à de telles situations au cours d'interminables séances. C'est ainsi que tu seras gavé de plomb, que tu mourras en héros stupide et que tu dîneras bientôt avec les fantômes de Wyatt, Billy et le Doc à Tombstone.

 

(14)

Je vois que tu aimes les feux d'artifice. Au moins, tu as emmené l'escadron de protection fasciste, mais ta mission a quand même échoué.

 

(15)

L'air très important, tu t'avances dignement vers l'un des contrôleurs.

"Je m'appelle Bond, James Bond des services secrets de Sa Seigneurie, département de la police secrète d'État. Je dois informer Son Excellence d'une dangereuse conspiration d'anticonformistes, de promeneurs et de ronfleurs. Alors, écartez-vous et gardez le silence" !

Intimidé, le sbire tente de faire le point sur la situation avec ses maigres forces mentales.

"Euh, Monsieur le policier d'État, c'est terrible, mais je dois le dire à mon chef ! Euh..."

"Garde à vous, taisez-vous ! Vous devez vous adresser à moi en utilisant mon grade, à savoir agent en chef suprême ! La trahison s'étend jusqu'aux plus hautes sphères des clowns en uniforme. Vous n'êtes pas un traître, espèce de canaille. Vous pouvez à nouveau parler" !

Tandis que les autres sbires ignorent le dialogue mystérieux avec leur habituelle obéissance à l'autorité, l'homme réprimandé pâlit et répond d'une voix tremblante.

"Excusez-moi, supreme agent en chef, je suis un fidèle serviteur du gouvernement. Si vous voulez bien faire preuve de clémence, Votre Excellence".

"Très bien ! Vous ne m'avez jamais vu et vous fermez votre gueule à vos supérieurs" !

"A vos ordres, el supremo !"

Dans un grand fracas, le fidèle serviteur de l'État claque les talons de ses bottes et tu passes avec un air arrogant, en te retenant de rire. Cependant, tu ne sais pas vraiment où se trouve le studio de télévision dans lequel le nazi fou Charlie fait plaisir à ses amis.

Et maintenant ?

  1. Tu essaies de trouver le lieu des folies ministérielles par tes propres moyens. (26)
  2. Tu demandes poliment à un employé de la télévision nationale . (27)
  3. Tu attrapes un laquais de l'institut de propagande et tu le fais parler. (28)

 

(16)

Accompagné de leurs regards froids et méprisants, tu t'approches des deux surveillants. Bien que tu tentes d'endormir l'attention des deux gardiens en adoptant la posture la plus humble possible et en souriant comme un débile à la télévision, tu remarques que leur vigilance ne faiblit pas.

"Votre légitimation et invitation s'il vous plaît !"

"Sous-rédacteur Rampant, je dois absolument parler au metteur en scène Anuslecker pour régler les derniers détails de l'entrée en scène de sa seigneurie. Sa Magnificence, Lord Klabauterholz, doit finalement apparaître dans toute sa splendeur aux laquais de la télévision et à la populace stupide. Voici ma carte d'identité, si vous voulez bien me laisser passer maintenant, c'est urgent".

"Vraiment ! Shaka, arrête ce monsieur, s'il te plaît".

Le collègue du répondant te transporte rapidement au sol, t'y fixe et, d'un mouvement fluide, te passe les menottes.

"Eh bien, cela me semble assez peu crédible. Il se trouve que je sais que le scénario de 'son altesse le bois de Klabauter répond aux questions spontanées des citoyens' est prêt depuis des semaines et qu'Anuslecker a déjà élaboré une mise en scène parfaite depuis plusieurs jours".

Avec un sourire narquois, l'agent secret bien informé sort son smartphone.

"Bonjour, Service de sécurité de l'État, ici Ignatiev. Nous avons intercepté un individu suspect ici. Il a bien une carte d'identité, mais elle est probablement fausse. Vous devriez vous y rendre au moins à quatre, car ce qui est sûr est sûr".

Peu après, tu te retrouves dans les griffes de la STASI !

Le jeu est définitivement terminé pour toi.

(17)

Le plus discrètement possible, tu passes devant les gardes et tu observes les environs sans véritable espoir. Finalement, tu remarques deux employés de la télévision d'État qui discutent avec animation sans vraiment te remarquer.

"... et Anuslecker m'a donné une invitation anonyme pour l'événement avec Lord Klabauterbach. C'est même un de ces billets de luxe VIP ! Comme c'est toi, j'aimerais te l'offrir. Tu pourras ainsi faire l'éloge de moi auprès de ton père, l'intendant".

"Oh, mon cher Cretino, arrête de me lécher le cul. Papa m'aurait déjà procuré un tel papier en cas de besoin. Et puis, je n'ai pas envie d'assister à cette mascarade ! Est-ce que j'ai dit ça ? Peu importe, il n'y a que toi qui l'as entendu et de toute façon, personne ne te prend au sérieux, toi et tes talents de cabaret".

"Hum, je crois que je dois aller aux toilettes".

"Oui, vas-y, mais ne te regarde pas dans le miroir, tu pourrais vomir".

Tandis que Cretino Hybrisos, le comédien en vogue de la télévision d'État, se précipite vers les toilettes, complètement effondré, sous les ricanements moqueurs du rejeton de l'intendant, tu décides de rejoindre le malheureux serviteur du système. Heureusement, il n'y a personne d'autre dans les latrines que Cretino, assis en pleurs dans une cabine de toilettes fermée à clé.

"Sécurité d'État, contrôle d'identité, ouvrez immédiatement !"

Immédiatement après avoir prononcé ces mots à mi-voix, la porte de la cabine de toilette s'ouvre et tu fais face au visage larmoyant du bouffon de l'État, qui a déjà retrouvé son sourire baveux.

"Bien sûr, en tant que collaborateur non officiel, je suis toujours à votre service. Je connais d'ailleurs quelques personnes qui, sous le sceau du secret, m'ont révélé des opinions hérétiques. Je peux vous donner les noms et ...".

Tu interromps brutalement le mouchard dans ses activités citoyennes en le noyant dans la cuvette des toilettes, ce qui est une juste punition pour l'œuvre non artistique de sa vie, absolument sans style et diffusant une sourde propagande gouvernementale. Grâce à tes compétences spéciales, tu parviens, après avoir subtilisé l'invitation du mort, à condamner la cabine des toilettes avec le cadavre, ce qui te permet d'exécuter ton assassinat en toute tranquillité.

Tu peux maintenant passer à 29.

 

(18)

Bien que la situation semble très défavorable, tu te fies à tes talents d'acteur. D'un pas dansant, tu t'approches des deux golems gardiens.

"Votre légitimation et invitation s'il vous plaît !"

"Bonjour, mes chéris. Segafredo, ma petite ordure aux yeux bleus, fait sa grande entrée aujourd'hui. Oh, c'est excitant ! Oh, comme je l'aime, lui et nos jeux sado-maso coquins ! Vous douces garçons, j'ai fait exprès de me faire belle et de me procurer un beau bouquet de fleurs pour le supplier à genoux de m'épouser. Comme il aime ce genre d'entrée en scène, et de toute façon, on va se marier".

Le gardien qui pose la question te regarde d'un air complètement perplexe, mais se reprend rapidement.

"Ce type est complètement cinglé ou il se fout de nous ?"

Tu vois déjà tes peaux s'envoler, c'est alors que le collègue du sceptique s'en mêle.

"C'est tellement bizarre que c'est peut-être vrai. Notre Charlie serait capable de le faire et j'ai entendu dire qu'il allait se marier. Qui, le vieux cachottier ne l'a pas encore révélé. Ignatiev, tu sais combien sa seigneurie est imprévisible et colérique. On devrait le laisser passer. S'il est vraiment fou, il y aura tout au plus un transfert de pénalité. Mais si nous gâchons la surprise du seigneur, nous risquons les travaux forcés dans les mines de la Moria".

"Très bien ! Mais que le petit lapin en sucre se fasse légitimer et fouiller" !

Avec un clin d'œil coquin, tu présentes ta fausse carte d'identité à Ignatiev.

"Maintenant, vous, étalons bien faits, pouvez commencer la fouille corporelle, s'il vous plaît, s'il vous plaît".

La fouille et le contrôle des papiers d'identité par les videurs, déconcertés par des clichés bien enrobés, se font alors de manière plutôt superficielle. Tu laisses les deux personnes renifler brièvement tes fleurs et tu peux continuer à 30.

 

(19)

Tu décides de pincer une invitation. Bientôt, une file de quelques personnes se forme et tu réussis effectivement un vol à la tire grâce à ta formation d'agent. Tu assistes avec plaisir à l'arrestation d'un présentateur de journal télévisé de seconde zone, à qui il manque désormais l'invitation, et à sa remise à la STASI. Enfin, c'est ton tour.

"Légitimation et invitation, s'il vous plaît ! Voilà, voilà, Monsieur Kléber donc"

D'un coup de pied sans élan dans le plexus solaire, celui qui parle t'envoie au tapis, tandis que son collègue se jette sur toi en un éclair, te menotte et t'immobilise. Malgré la douleur, tu réalises que tu n'as manifestement pas remarqué que les noms figurant sur la carte d'identité et l'invitation n'étaient pas identiques - espèce de bovin !

"Service de sécurité de l'État, ici Ignatiev. Nous avons un intrus ici, mais il n'a pas l'air très malin. Vous devriez quand même arriver avec quatre hommes, parce que la sécurité, c'est la sécurité".

Peu après, tu te retrouves dans une salle de torture confortable de la STASI.

 

(20)

Tu offres un sourire dégoulinant de bave aux deux agents de sécurité.

"Sous-rédacteur Rampant, je suis un grand fan de sa Grâce et j'admire particulièrement sa sagesse en matière de dissidence. J'aimerais il offrir ces petites fleurs et je rêve d'embrasser son nobles pieds" !

"Tu es un vrai homme de télévision, hein ? Alors montre-moi ta carte d'identité".

Sûr de ta victoire, tu remets ta fausse carte d'identité au cyclope de la sécurité de l'État.

"Bon, ça a l'air d'aller. Mais tu ne peux quand même pas entrer ici ! Alors va te faire voir, petit con de la propagande".

Il ne reste plus que l'option numero uno !

 

(21)

Tu prends un air à la fois humble et important.

"Sous-rédacteur Rampant. J'ai un message immensément important pour le réalisateur Anuslecker concernant le spectacle de son Altesse. Vous savez que cela a lieu dans une demi-heure et qu'il n'y a pas le temps de faire les formalités à l'entrée principale. Vous avez ici mon badge, mais dépêchez-vous".

Déstabilisé par ton entrée en scène musclée, le flic de la STASI regarde son collègue en quête d'aide, mais celui-ci se contente de hausser les épaules.

"Très bien, monsieur le Rampant. Mais vous devrez patienter un instant, car je dois d'abord demander des instructions à mon supérieur !"

"Stop, en ma qualité de colonel coopté et de collaborateur non officiel de l'Office central de la sécurité de l'État, je tiens à attirer votre attention sur le fait que ce opération est classé au plus haut niveau de confidentialité. Une violation du secret de service entraîne une sanction immédiate par fusillade. Je suis sûr que votre collègue s'acquittera volontiers de ce devoir" !

Face à son camarade souriant d'anticipation, le sbire de la STASI, balbutiant des excuses baveuses, ouvre la voie.

"Et ne recommencez plus jamais !"

Après la représentation réussie du grotesque, tu continues prudemment ton chemin en direction du studio d'enregistrement, dont tu connais bien l'emplacement grâce à tes contacts.

Cependant, tu n'as pas été informé de la présence de deux gorilles qui y contrôlent l'entrée et se font manifestement présenter des invitations. En fait, tu aurais dû te douter que seul un public trié sur le volet pouvait écouter les élucubrations folles de Charlie le nazi. Tu te maudis toi-même, ainsi que ton informateur, que tu as l'intention de liquider à la prochaine occasion. Grâce à ta formation, tu reconnais que ces agents sont des élites et qu'ils ont décidément plus de compétences que les flics déjà professionnels de la STASI.

Donc tu peux :

  1. Essayer de convaincre les messieurs de te laisser entrer. (16)
  2. Te fournier d'une manière ou d'une autre une invitation d'un des lèches-bottes. (17)

(22)

"Salut les copains, c'est l'entrée de la chaîne? Je suis le concierge Krause et je dois réparer les toilettes".

"Carte d'identité !"

Avec une expression arrogante, le sbire de la STASI aboie littéralement l'ordre.

"Oups, pardonnez-moi, mais j'ai oublié de le faire".

Tu remarques que notre cabot humain fouille avec rage dans sa poche intérieure et tu te prépares déjà à un combat sans espoir lorsque son collègue s'en mêle.

"Hermann, ce n'est qu'un antisocial. Pense à toute la paperasse que tu devras remplir si tu tues ou arrêtes ce pauvre type. Ça ne vaut pas la peine de faire ça pour un minable comme lui".

"C'est vrai, en fait ! Tu as encore eu de la chance, espèce de pruneau, et maintenant fais une sortie avant que je ne change d'avis".

Voilà, mon cher, il ne te reste plus que la section 1.

 

(23)

Tu sors rapidement ton couteau et réussis à planter l'arme dans ton adversaire stupéfait. Pendant qu'il te regarde avec des yeux pleins de reproches, son collègue s'est toutefois remis de sa surprise et t'abat comme un chien galeux.

Pour toi, le jeu est terminé.

 

(24)

Sans transition, tu sors ton arme et tu commences à tirer comme un pistolero fou. Finalement, tu élimines les deux agents de la STASI, mais tu es toi-même si gravement blessé que tu t'effondres, incapable de te battre. La dernière chose que tu vois est le visage stupide mais déformé par la colère d'un sbire en uniforme bleu qui t'envoie avec tout le contenu de son arme vers les terrains de chasse éternels.

Fabula finita est.

 

(25)

"C'est la grosse Berta. Je veux t'embrasser".

Avec habileté, tu t'approches en titubant du porte-parole de la sécurité d'État. Celui-ci tombe sous le charme de ta performance d'acteur et, le visage dégoûté, se lance dans une gifle monumentale. Mais avant d'être touché, tu interceptes son bras, le retournes en un clin d'œil dans la prise de police, de sorte que le voyou se retrouve dos à toi, et tu lances le corps vers son collègue complètement pris au dépourvu. Suite au grand lancer de nazis, les deux flics fascistes sont à terre. Avant qu'ils ne puissent se relever, tu les as déjà envoyés en enfer auprès de leur chef en utilisant diverses techniques de combat au corps à corps.

Tu t'empresses de cacher provisoirement les corps des sbires de la STASI, sans vie et sans travail, dans deux poubelles qui traînent, en espérant qu'on ne les retrouvera pas trop tôt ou qu'ils ne manqueront pas. Déterminé, tu te faufiles par la porte de derrière et poursuis prudemment ton chemin en direction du studio de télévision, dont tu connais bien l'emplacement grâce à tes contacts.

Cependant, tu n'as pas été informé de la présence de deux gorilles qui y contrôlent l'entrée et se font manifestement présenter des invitations. En fait, tu aurais dû te douter que seul un public trié sur le volet pouvait écouter les élucubrations folles de Charlie le nazi. Tu te maudis toi-même, ainsi que ton informateur, que tu as l'intention de liquider à la prochaine occasion. Grâce à ta formation, tu reconnais que ces agents sont des élites et qu'ils ont décidément plus de compétences que les flics déjà professionnels de la STASI.

Donc tu peux :

  1. Essayer de convaincre les messieurs de te laisser entrer. (16)
  2. Te fournier d'une manière ou d'une autre une invitation d'un des lèches-bottes. (17)

(26)

Malheureusement, tes efforts n'ont pas été couronnés de succès et tu commences à manquer de temps.

Et maintenant ?

  1. Tu demandes poliment ton chemin à un employé de la télévision nationale. (27)
  2. Tu attrapes un de ces singes propagandistes et tu l'interroges. (28)

 

(27)

En effet, l'une des nombreuses employées qui s'agitent autour de toi daigne répondre à ta question posée sur un ton extrêmement courtois. Malheureusement, le résultat n'est pas à la hauteur de tes espérances. La dame élégamment vêtue t'observe de haut en bas d'un air moqueur, rit aux éclats puis repart fièrement.

Et maintenant ?

  1. Tu essaies de trouver le lieu des folies ministérielles par tes propres moyens. (26)
  2. Tu attrapes un de ces singes propagandistes et tu l'interroges. (28)

 

(28)

Plus facile à dire qu'à faire. Sur le point d'abandonner, tu es en train d'uriner seul dans l'une des nombreuses toilettes. Quand un visage familier entre dans l'urinoir en pleurant et en jurant.

"Cette petite ordure de fils d'intendant ose se moquer de moi ! Je vais le dénoncer à la STASI, je trouverai bien quelque chose ...".

Tu reconnais avec surprise le comédien de la télévision d'Etat Cretino Hybrisos, dont le genre grossier de divertissement populaire fasciste pour les pauvres d'esprit t'a toujours agacé. Si quelqu'un sait où Klabauterholz fait son show délirant, c'est bien ce spécimen de propagande. Avant que le comédien fidèle au gouvernement ne s'enferme dans les toilettes en pleurant, tu attrapes le type et le saisis par le col.

"Comment oses-tu porter la main sur la propriété du gouvernement. Tu vas passer les cent prochaines années derrière les barreaux pour ça...".

Un coup de poing discret dans le visage fidèle au gouvernement de ta part interrompt le chahut et rend d'un coup beaucoup plus docile le maître des blagues mentales stupides.

"S'il te plaît, je ferai tout ce que tu veux. J'ai de l'argent, prends-le".

"Tu peux me dire où votre Klabauterholz fait son show ! Parle, sinon le régime aura un fidèle serviteur de moins".

"Studio C22, tu n'as qu'à sortir d'ici et tourner à droite au coin de la rue, tu le verras déjà. Si tu m'épargnes, je te donnerai ma carte VIP, avec laquelle les agents des services secrets à l'entrée te laisseront entrer sans autre contrôle" !

"Merci, mon cher, mais je pense que je vais débarrasser le monde de tes plaisanteries stupides !"

Un contact total avec l'urinoir, qui brise le cou, met fin à la carrière prometteuse du comédien d'État. Tu fouilles le corps et découvres le ticket d'entrée qui, à ta grande surprise, est anonyme et entièrement transférable.

Tu retires habilement le pantalon de ce plaisantin fané et le places dans une cabine de toilettes, en espérant que ta solution provisoire ne sera pas découverte trop tôt.

En sifflant joyeusement, tu quittes les latrines de la mort et tu peux continuer ton chemin dans la section 31.

 

(29)

L'air hautain et le pas chaloupé, tu t'approches des deux gorilles à l'entrée du studio.

"Votre légitimation et invitation s'il vous plaît !"

Le plus grand des deux grands singes te regarde d'un œil inquisiteur. Sans un mot, tu remets ta carte VIP au portier et, ignorant le gardien, tu t'apprêtes à poursuivre ton chemin.

"Arrêtez, si le monsieur pouvait encore s'identifier !"

"C'est scandaleux ! Je suppose que je vais devoir dire à notre Charlie que ses bienfaiteurs de l'industrie pharmaceutique sont harcelés ici de manière grossière".

Ton objection, formulée d'une voix ronflante, fait son effet et intimide manifestement l'agent de manière extraordinaire.

"Je n'en avais aucune idée, Votre Excellence pharmaceutique ! Shaka, ouvre donc la porte à Monsieur. Tu veux que je te cire les chaussures de Son Excellence" ?

"Insectes !"

Avec mépris, tu franchis le portail doré que l'agent serviable Shaka t'empêche de franchir en t'inclinant profondément.

Toujours dans le rôle du grand capitaliste, tu entres avec assurance dans le studio où Charlie le nazi a déjà commencé à captiver le public enthousiaste par toutes sortes de diatribes et de cabrioles illogiques. Tu sens clairement les regards des agents de la STASI dans la foule des spectateurs, mais ils se détournent de toi avec désintérêt, car on ne te considère manifestement pas comme un danger. Tu t'assois avec élégance à ta place VIP, au premier rang des gradins, et tu fais un signe de tête amical au Lord, qui t'ignore toutefois délibérément, car il est en train de faire un de ses monologues narcissiques.

L'entrée en scène déjantée du lord exige toutefois de toi une maîtrise de soi presque inhumaine par la suite. A plusieurs reprises, tu es sur le point d'éclater de rire, ce qui risque d'être mal perçu dans la foule des acclamateurs. Finalement, après une bonne heure, ce calvaire prend fin et tu as enfin l'occasion de mener à bien ta mission. En effet, pour le plus grand malheur de ses gardes du corps, le ministre dérangé aime se baigner dans la foule en de telles occasions.

Mais pour les gardes du corps qui entourent le ministre, la foule est trop proche de leur protégé. Grâce à ta formation, tu peux ainsi faire une piqûre dans la jambe du ministre sans qu'il s'en aperçoive, si bien que Nazi-Charlie s'effondre avec les symptômes d'une crise cardiaque et est accueilli peu de temps après en enfer par son Führer, décédé depuis longtemps.

Dans la confusion qui suit, tu parviens facilement à quitter le lieu de la disparition tragique d'un véritable ami de Big-Pharma.

OK, mon cher : mission accomplie !

 

(30)

Lorsque tu entres dans le studio, Lord Klabauterholz est en train de captiver comme d'habitude un public de saliveurs triés sur le volet avec l'un de ses monologues délirants. Mal à l'aise, tu remarques les regards suspicieux des sbires de la STASI dans le public, un peu irrités face à ton apparence 'fleurie'. Tu attires aussi manifestement l'attention de quelques gardes du corps répartis autour du ministre. Ce n'est qu'une question de temps avant que tu ne sois démasqué, tu dois donc agir le plus rapidement possible.

"Segafredo, ma petite fille en sucre, je t'aime, je t'aime, je t'aime. Veux-tu être ma femme ?"

Ta voix stridente interrompt le chant monotone du seigneur fou et provoque un instant de confusion silencieuse. Tu profites de l'occasion pour lancer délibérément ton bouquet de fleurs au visage fanatiquement déformé de Charlie le nazi. Le tumulte éclate aussitôt et tu es malmené par quelques citoyens inquiets avant que les agents de la STASI présents ne te mettent en garde à vue.

Lord Klaubauterholz digère assez rapidement la surprise et se met en colère contre l'atteinte à sa dignité.

"Emmenez ce type au camp. Certaines personnes ne se rendent pas compte à quel point elles se font avoir. Euh, je veux dire, le sacrilège qu'ils commettent".

Finalement, tu te retrouves à l'hôpital psychiatrique et tu es utilisé pour des expériences humaines tordues, auxquelles tu survis quelques mois grâce à ta bonne condition physique. Au moins, tu ne seras pas associé à la mort du ministre fou.

 

(31)

Avec un léger sourire débilitant, tu t'approches du studio, devant l'entrée duquel se trouvent visiblement deux agents qui contrôlent l'accès. Les deux gorilles te paraissent très menaçants, tu es donc content de ne pas avoir à affronter les deux golems gardiens par la force.

"Votre légitimation et invitation s'il vous plaît !"

Pendant que le plus grand sbire te regarde, tu lui présentes l'invitation en souriant bêtement.

"Mmm, ça a l'air d'aller. Alors, s'il vous plaît, votre carte d'identité, ensuite nous devons encore vous fouiller" !

"Mais Madame le ministre Lady Doppelbock a dit que je pouvais écouter la sagesse de son altesse sérénissime" !

Le porte-parole de la politique de sécurité te regarde, légèrement horrifié.

"En termes d'intelligence, tu es certainement l'égale de Madame la ministre. Je pense qu'avec toi, nous pouvons nous passer de mesures de sécurité supplémentaires ! Shaka, laisse donc entrer le garçon. Passe le bonjour à Son Altesse".

Le collègue de l'Auguste salut t'ouvre le portail en lançant des jurons à voix basse et en prononçant par bribes les mots 'l'idiote'.

Lord Klabauterholz vient de commencer ses épanchements délirants lorsque tu entres dans le studio. Mal à l'aise, tu remarques les regards suspicieux des nombreux agents de la STASI présents dans le public, tu bénéficies également de l'attention des gardes du corps qui entourent le ministre. Compte tenu de ton dépôt provisoire des corps et de ces circonstances, tu décides maintenant d'agir rapidement…

Pour faire court : attrape maintenant un cube à six faces et fais-le rouler.

  1. Si tu es en possession d'un couteau de cuisine, tu le jettes maintenant en direction de Charlie le Nazi.

A1) Si tu es un justicier et que tu as obtenu un '6', tu obtiens un succès total et notre tyran fou est mort, sinon le jet est raté.

A2) Si tu es fondamentaliste, tu rencontreras le fasciste fou si tu as obtenu un '5' ou un '6' au dé.

Continuez avec nos pistoleros :

  1. En tant que héros de la liberté, tu liquides Charlie le nazi si tu obtiens un résultat de 4 ou plus.
  2. Les fondamentalistes ont de moins bonnes cartes en main, il faut à nouveau un '5' ou un '6' pour renvoyer le ministre là où il doit être.

Venons-en pour finir à nos lanceurs de bombes :

Là, les cartes pour les fondamentalistes et les combattants de la liberté sont réparties de manière égale, ici un jet de 3 ou plus conduit à la réussite, sinon on ne fait qu'exploser un tas de sbires et de lèche-bottes, tandis que le seigneur fou s'en sort avec la vie sauve.

Pour tous, il va de soi que tu ne survivras pas à l'attentat et que tu seras littéralement réduit en miettes.

Rest in pieces !

© 2019 H.K.H Jeub

Diesen Beitrag empfehlen:

Mit eigenem Mail-Programm empfehlen

 

Die Rechte und die Verantwortlichkeit für diesen Beitrag liegen beim Autor (Qayid Aljaysh Juyub).
Der Beitrag wurde von Qayid Aljaysh Juyub auf e-Stories.de eingesendet.
Die Betreiber von e-Stories.de übernehmen keine Haftung für den Beitrag oder vom Autoren verlinkte Inhalte.
Veröffentlicht auf e-Stories.de am 22.01.2022. - Infos zum Urheberrecht / Haftungsausschluss (Disclaimer).

 

Der Autor:

  Qayid Aljaysh Juyub als Lieblingsautor markieren

Bücher unserer Autoren:

cover

Dämonen-Lady - Lust im Reich der Schatten von Doris E. M. Bulenda



Ich hatte nur mal ausprobieren wollen, ob so etwas funktioniert, so eine Beschwörung. Es war ein albernes Spiel gewesen. Dass daraus eine Bedrohung für mich werden sollte, mein ganzes Leben bald völlig Kopf stehen würde, wie hätte ich das ahnen können...? Der Dämon Aziz fährt nach einer geglückten Beschwörung in den Kopf der Protagonistin und bestimmt ab jetzt ihren Willen, enthemmt sie sexuell, lehrt sie Lust und höchste Leidenschaft, nötigt sie zum Beischlaf mit X-beliebigen - ob mit Männlein oder Weiblein. Er trainiert sie zur erotischen Kampfmaschine [...]

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig!
Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen!

Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel Nächster Titel

Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie "Experimental" (Französische Kurzgeschichten)

Weitere Beiträge von Qayid Aljaysh Juyub

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Bolero Bigottero - Qayid Aljaysh Juyub (Satire)
Bad year 2021 - Rainer Tiemann (Historical)