Qayid Aljaysh Juyub

Danse diable

« In nomine domini nostri gloria causa Satani … »

D'une voix impérieuse et lugubre, l'in hiérophante commença le rituel tandis que la victime bâillonnée se tordait sur la dalle du sarcophage sous la poigne de fer impitoyable des prêtres moins importants.

Au XIXe siècle, un puissant père fondateur du Second Empire, qui agissait en secret en tant que Grand Maître de l'"Ordre des Fidèles de Baphomet", fit ériger le cercueil de pierre en tant que "monument d'honneur" pour les "héros" tombés lors d'une guerre absurde. Depuis cette époque, ce monument imposant en marbre noir très précieux sert de lieu de sacrifice.

C'est dans un silence respectueux et lubrique que les adeptes et les invités ont suivi la cérémonie dans l'ancien cimetière.

A l'occasion de la 'Nuit de Walpurgis' ou 'Nuit du Diable', le chapitre satanique de Gelsum a eu l'honneur extraordinaire de voir un grand seigneur de 'l'Alliance de la Rose noire' célébrer personnellement la messe noire. Au sein de l'"Église de la Nuit", les "Roses noirs" constituaient un cercle exclusif agissant à l'échelle mondiale et disposant de puissantes connexions. Cette aristocratie noire est née de l'union de nombreux groupes nationaux - comme les disciples de Baphomet ou "the black order of Belial' - en 1966.

C'est avec un étonnement incrédule que Joerg Meyer - comme d'habitude, que le lecteur soit assuré qu'il s'agit ici de mes habituelles élucubrations, qui n'ont rien à voir avec des événements ou des personnes réels - a observé la scène. Le skinhead faisait partie des visiteurs choisis, car il bénéficiait de la faveur particulière de Frank Skrozki, l'un des adeptes. Les deux copains diaboliques s'étaient rencontrés lors d'une soirée de la 'Hel-Jeunesse' dans un bar nazi à la mode dans le quartier délabré de Harst-Sud.

Issu d'un foyer peu instruit, le fasciste y rencontrait régulièrement des camarades d'esprit prêts à frapper et se faisait remarquer par le sataniste en herbe pour ses convictions extrêmes et sa stature prometteuse et musclée.

Ne saisissant pas mentalement les avances homoérotiques de Skrozki, Meyer et son nouveau 'camarade' discutèrent intimement des actes peu glorieux - Hitler jouissait d'une réputation exceptionnellement bonne dans les rangs inférieurs de la communauté noire en raison de ses meurtres de masse - du boucher déjanté et de ses sales acolytes. Fraîchement amoureux et impressionné par les opinions crues de son objet de désir, le recruteur en herbe invita le skinhead sans méfiance à un événement religieux au cimetière central.

Joerg le brun caca a trouvé cela plutôt bizarre, mais il est venu quand même et a même apprécié les sacrifices sanglants d'animaux et les débauches orgiaques qui ont suivi.

Le cœur en sang, l'hôte déçu a dû constater que le baiseur nazi tant attendu s'amusait exclusivement avec le sexe opposé et ignorait délibérément ses propositions explicites. Enflammé par un désir ardent, le galant frustré a profondément mal interprété le comportement de l'objet sexuel fasciste, qui ne comprenait vraiment rien dans son ignorance. Finalement, l'amoureux malheureux en est venu à la conviction assez farfelue - l'amour rend aveugle, c'est bien connu - que le prétendu dédain du skinhead, d'une beauté virile et âpre à son goût, résultait d'une mauvaise interprétation de son rang au sein de la hiérarchie infernale. Afin d'impressionner le néonazi, Skrozki a emmené sa calvitie bien-aimée à la manifestation qui se déroule actuellement.

« Domine Satanas exaudi meam! »

Le hiérophante, encapuchonné d'un masque de hockey stylé, enfonça son poignard de flamme, jusqu'alors levé, dans la jeune femme allongée sur le sarcophage. Tandis que les prêtres inférieurs renforçaient encore leur emprise impitoyable sur les bras et les jambes de la victime dévêtue, le grand prêtre pratiqua habilement une énorme incision sous le sternum pour arracher le cœur de la malheureuse à mains nues et présenter triomphalement le cœur encore convulsé au public.

« Ave Satanas! »

Après l'exclamation du meurtrier ensanglanté, prononcée d'une voix enthousiaste et sonore, les acclamations du public n'ont plus connu de limites.

Entouré par la foule euphorique, Meyer était sur le point de vomir. Jusqu'à présent, toute cette merde avec les 'adorateurs du diable' lui avait littéralement procuré un plaisir animal, mais les sacrifices humains, c'était une autre paire de manches. L'observateur naïf commençait à comprendre qu'il se passait quelque chose de plus qu'un simple spectacle délirant.

Peut-être que le jeune fasciste, plutôt lâche envers les plus forts, aurait pu devenir un membre utile et meurtrier de la communauté satanique de Gelsum, s'il n'avait pas connu personnellement la femme qui venait d'être si cruellement assassinée. La jeune femme qui vient de mourir était en effet une bonne amie de sa sœur aînée. De plus, celle qui s'est éteinte violemment le traitait toujours avec gentillesse, et le néonazi, par ailleurs méprisant envers les femmes, développait des émotions intenses et romantiques à son égard. Bien sûr, le géant de l'esprit fasciste n'a pas su voir que son grand amour était lesbienne et qu'il avait en fait un faible pour sa sœur.

C'est surtout le sentiment de lui avoir pris quelque chose qui a motivé le nazi Joerg à informer la police, qu'il n'aimait guère, des activités religieuses dans le cimetière central à la prochaine occasion.

Pendant ce temps, le Hiérophante regardait avec bienveillance l'assemblée fanatiquement en liesse jusqu'à ce que son regard s'arrête justement sur Meyer avec une intensité brûlante, qui sentit instantanément que le grand prêtre le regardait directement.

« Il semble que nous ayons un traître parmi nous ! «

Le grand seigneur satanique pointa un index accusateur sur Joerg le renégat. Ce dernier n'avait pas de grandes capacités intellectuelles, mais il avait d'excellents réflexes et une certaine intelligence primitive. En un éclair, le skin frappa son voisin, le faisant chanceler.

« Sale porc de traître ! «

Meyer a désigné l'agressé et le tumulte a immédiatement éclaté. Alors que la foule diabolique s'acharnait sur le mauvais individu, le néonazi s'est empressé de profiter du chaos pour échapper à la foule.

« Attendez, pas lui ! «

D'une voix de stentor, le hiérophante a mis un terme à cette agitation après avoir profité du spectacle pendant quelques minutes. Presque aussitôt, la foule s'éloigna de sa victime désormais inconsciente.

« C'est lui ! «

Pendant ce temps, le chauve si vif d'esprit s'apprêtait à disparaître discrètement dans les profondeurs du cimetière central, mais il ne s'était éloigné que de dix bons mètres de la communauté excitée qui le regardait maintenant.

« Amenez-le-moi vivant ! «

C'est ainsi que la chasse sauvage a commencé.

***

Meyer était accroupi dans les buissons derrière la statue érodée d'un messager céleste, dont les ailes brisées se dressaient au-dessus de lui. Cela faisait un moment que ces 'adorateurs du diable' le pourchassaient et il était certain d'avoir semé ces fous. Heureusement pour lui, la vitesse et la condition physique ne faisaient pas partie des vertus cardinales de ses poursuivants, si bien que le skinhead bien entraîné disposait d'un avantage non négligeable dans sa fuite

Avec précaution, le fringant Joerg a sorti son smartphone.

« C'est le numéro d'urgence de la police ! «

« Ils ont tué quelqu'un ici ... «

« Allô ? Je ne vous comprends pas ! «

Le chuchoteur décida de prendre le risque de parler plus fort.

« Je veux signaler un meurtre, ils ont tué une femme ici ! «

« Calmez-vous ! Où êtes-vous ? «

« Dans le cimetière central, près de la sortie nord ! Ils sont après moi, vous devez venir tout de suite ! «

« Écoutez, nous allons envoyer une équipe d'intervention. Vous retrouverez nos agents à l'entrée nord et vous pourrez les conduire sur les lieux du crime. «

Dans son excitation, Meyer n'a pas remarqué que la voix de la fonctionnaire semblait plutôt détendue.

« Tu te fous de moi ? Cette putain de bande de démons doit m'attendre à l'entrée. «

« Ne vous inquiétez pas, les malfaiteurs prendront certainement la fuite lorsqu'ils entendront les sirènes de police. Attendez-nous à l'entrée nord ! «

« Allô ? Putain de flics, ils ont raccroché. «

Dans sa confusion, l'appelant ne s'est pas rendu compte qu'il n'était pas très logique de prévenir les délinquants par le chant de la sirène et que tout le déroulement de la conversation était assez inhabituel.

Prudemment, Jörg le Chauve se dirigea vers sa cible et, au bout de quelques minutes, franchit le muret du cimetière pour se poster sagement devant la sortie nord. En effet, il n'y avait aucune trace des satanistes, tandis qu'au bout de quelques minutes seulement, une voiture de patrouille aux gyrophares éteints apparut et deux agents robustes en descendirent.

« Bon sang, je suis content de vous voir ! Mais où sont les autres ? Avec deux hommes, vous ne ferez pas grand-chose ! «

Entre-temps, l'un des agents a atteint Meyer et lui a souri avant d'asséner une décharge de taser au Skindead. Paralysé, le Joerg électrique est tombé au sol et s'est aussitôt fait passer les menottes de manière professionnelle par le gardien de la paix serviable. Pendant ce temps, son collègue sortait tranquillement un smartphone.

« Nous l'avons eu ! Oui, le centre d'appels d'urgence considère qu'il s'agit d'un canular téléphonique. Bien sûr, on l'emmène tout de suite à la fosse à os. Compris ! Ave Satanas ! «

Pendant que l'artiste du ligotage fixait le prisonnier au sol à l'aide de son pied droit, son collègue informait maintenant le centre d'intervention par radio.

« Ici Démon 3. Répondez, central ! «

« Ici le central. Répondez ! «

« Ici Démon 3. Nous avons intercepté le fugitif, la localisation du téléphone portable n'est plus nécessaire. Pas de liquidation, mais transfert dans la catacombe. Ordre du chef : que toutes les unités reprennent leurs positions et protègent le terrain. Répondez ! «

« Centrale ici. Bien reçu ! Répondez ! «

« Ici Démon 3. Terminé ! «

Une fois la séance d'information terminée, l'opérateur radio s'est approché du couple de justiciables.

« Tontone, tu l'as compris ! Alors, allons-y avec le rat et allons voir le maître ! «

L'interpellé - un vrai flic à l'allure d'un célèbre chef-d'œuvre chirurgical du fameux Dr Frankenstein - eut un sourire aussi stupide que grossier.

«Debout, insecte ! «

Le flic monstrueux a soulevé brutalement le skinhead encore légèrement étourdi. Ce dernier, bien qu'ayant du mal à se tenir sur ses pieds, parvient à reprendre ses esprits.

« Bon sang, c'est vous les flics ! La police ! «

Les deux gardiens de la paix restèrent silencieux quelques secondes, déconcertés par tant de naïveté, avant d'éclater de rire. Le compagnon de Tontone, qui avait une certaine ressemblance avec un célèbre proboscidien - voir l'argot américain pour une désignation alternative des policiers -, fut le premier à se reprendre après quelques minutes.

« Exactement, et nous servons le POUVOIR ! Espèce d'asocial, tu es vraiment un rigolo. Mais assez de tergiversations, le maître se languit de toi. Tu ferais mieux de venir de ton plein gré, sinon nous te ferons la peau ici même ! «

« Je vous emmerde, bande de cons... «

Une autre décharge de taser a littéralement coupé la parole à Meyer, qui s'est retrouvé à terre.

« Tontone, espèce d'idiot ! Bon, il n'a pas l'air cassé. Maintenant, on doit aussi traîner ce sac à merde ! Le chef semblait déjà sacrément impatient ! «

« Désolé, Macoute, je me suis amusé avec le taser. «

« Laisse tomber, on doit se dépêcher ! «

Tandis que Macoute ouvrait la porte en fonte du cimetière, son collègue monstrueux jetait négligemment par-dessus son épaule l'inconscient, qui n'était vraiment pas un poids plume.

***

«Ah, notre invité est réveillé ! «

Étourdi et désorienté, Joerg se redresse à moitié et aperçoit devant lui le grand prêtre masqué en grande tenue. Le hiérophante était visiblement flanqué d'une rangée de dignitaires sataniques vêtus de manteaux à capuche noirs, bleus, jaunes et rayés vert et rouge, dont les visages lui semblaient en quelque sorte familiers.

Le silence de plusieurs minutes qui suivit donna au skinhead l'occasion de faire d'autres impressions. Il se trouvait visiblement dans un caveau éclairé par des projecteurs sur pied, dans les coins duquel se trouvaient des tas d'os et quelques cercueils ouverts. A côté de l'observateur, Macoute et Tontone s'étaient mis en position de garde, avides d'instructions de leurs maîtres. Alors que Meyer s'apprêtait à se lever complètement, le silence sinistre fut brisé.

« À genoux, chien ! «

Alors que Macoute l'amenait dans la position souhaitée d'un habile coup de pied, le prisonnier reconnut la blouse noire qui donnait l'ordre.

Le député Coupebourse s'est tourné vers le hiérophante en s'excusant.

« Le pardon, votre grâce. Il y a des gens qui ne comprennent pas à quel point ils sont en faute et qui n'ont aucun respect ! Devons-nous tout de suite castrer lentement ce fils de pute comme son garant ? Votre Grâce a trouvé les cris du misérable Skorzki si plaisants ! «

« Tu peux m'appeler seigneur ou maître ! J'ai d'autres projets pour lui. «

« Maître, nous devrions peut-être faire cuire ce parasite climatique en économisant de l'énergie ! Cela fera une excellente soupe bio et le niveau sonore devrait vous plaire énormément. «

Alors que le Grand Prêtre a gracieusement ignoré l'interruption audacieuse d'un homme à capuche vêtu de rouge et de vert et que Coupebourse a hoché la tête en signe d'approbation, l'objection n'a pas du tout plu à l'un des Bleus.

« Grand Seigneur, n'écoutez pas les propos insensés de ce petit opportuniste ! Nous devrions livrer cet extrémiste de gauche au feu de notre Seigneur Lucifer, à l'ancienne manière ... «

L'un des rares jaunes s'est alors senti obligé d'interrompre à son tour les explications de son prédécesseur.

« Dominus, ne laissez pas vos oreilles être offensées par les épanchements des réactionnaires bleus. La seule façon de traiter cette vermine d'escrocs sociaux, c'est de les écorcher vifs et de... «

« Silentium, bande de nuls ! Il ne s'agit pas d'un spectacle dans l'un de vos parlements. Nous devrions maintenant nous tourner vers notre invité ! «

Entre-temps, l'objet de propositions d'exécution alternatives s'était recueilli mentalement et réfléchissait désespérément à la manière dont il pourrait échapper à ces fous. Peut-être que ses chances de convaincre quelqu'un, la presse si nécessaire, de la folie qui se déroulait ici n'étaient pas si mauvaises. De plus, il ne devait pas être possible de faire disparaître un corps aussi facilement qu'un animal mort.

Le rire cultivé du grand prêtre interrompit le flot de pensées inhabituel de l'optimiste.

« La presse ? La populace est si drolatique ! Je crains que toi et tes semblables ne manquiez à personne. Avec vous, pauvres gens, c'est comme avec les cafards : si on en écrase quelques-uns, ça ne se remarque pas ! Et, mon ami simple d'esprit, faire disparaître un cadavre n'est pas plus difficile que de jeter un rat mort à la poubelle. «

Le prétendu cafard regarda le grand seigneur satanique d'un air perplexe, mais sentit en même temps une immense colère monter en lui. Hitler aurait certainement gazé ces maudits "adorateurs du diable".

Une fois de plus, un rire - cette fois-ci avec un sous-entendu plutôt joyeux - soigné de l'hiérophante interrompit les pensées vulgaires du philosophe brun caca.

« Le petit parvenu que nous avons rendu grand ! Ce petit bourgeois limité voulait jouer son propre jeu, c'est pourquoi nous l'avons laissé tomber, bien qu'il se soit mis à genoux devant nous. Peut-être devrais-je le garder comme bouffon, mais je crains qu'il ne soit trop primitif pour cela ! «

La confusion s'empara alors complètement de Jörg le brun caca. Ce type pouvait-il lire dans les pensées ?

« Exactement ! Mais je commence à m'ennuyer. Sbires, commencez par le tabasser correctement ! «

Macoute et Tontone commencèrent alors à exécuter leur mission avec délectation, tandis que le grand prêtre, d'un geste méprisant de la main, autorisa la faction bigarrée présente à soutenir les voyous par des cris d'encouragement. Deux côtes cassées et d'autres blessures plus tard, le Grand Maître fit un nouveau geste pour arrêter les policiers zélés et les pom-pom girls.

« Ça suffit, nous avons encore de grands projets pour notre ami ! Serviteurs, attachez-lui les pieds et déposez-le dans ce cercueil là-bas ! «

Pendant ce temps, le skinhead n'avait pas laissé toute la procédure se dérouler sans commentaire, mais avait lancé quelques jurons en bonne et due forme, en plus de ses cris de douleur, qui perdaient toutefois de plus en plus d'intensité et de volume au fil du temps.

« ...bande de pourceaux... «

« Maître, devons-nous faire couper la langue à ce misérable chien ? «

Le député, rompu aux coups boursiers, s'est adressé à son maître avec sa lèche-botte habituelle.

« Non, cela gâcherait sa prestation ! De plus, je trouve ses exclamations stupides assez amusantes. «

Entre-temps, les policiers ont déposé le corps à moitié mort de Meyer dans le récipient prévu à cet effet. Le hiérophante se dirigea lentement vers le champ de vision du néonazi, devenu entre-temps enroué.

« Je ne veux pas le priver de ce à quoi je l'ai destiné. Demain, les rites se termineront par une crucifixion solennelle dont il sera le protagoniste. Sur la croix, Il pourra suivre comment nous sacrifions ses sœurs à la manière aztèque ! Mais cela ne devrait pas être nouveau pour Lui, puisqu'Il a déjà vu une telle mort aujourd'hui ! «

Définitivement privé de la parole par la peur, l'acteur principal des futurs rituels regarda le grand prêtre avec horreur depuis son cercueil ouvert. Avec une étincelle de malice dans les yeux, le Grand Maître lui rendit son regard avec délectation et sans pitié.

« Je crains que notre petit renégat ne se sente seul. Hop, serviteurs, allez chercher son grand amour là-bas, dans le cercueil, et posez-le sur lui. «

Comme des éclairs, les deux gardiens de l'ordre, accompagnés par les rires moqueurs de la progéniture satanique, s'empressèrent d'exécuter leur mission et d'allonger la dernière victime face contre terre sur Meyer, qui n'était plus capable que de gémir, complètement brisé.

« Laissons maintenant les amoureux et occupons-nous de la parenté du renégat ! «

D'un pas mesuré, le clergé infernal s'éloigna tandis que les deux gardiens de l'ordre éteignaient les projecteurs et verrouillaient la seule entrée de la voûte, une lourde porte en chêne.

***

Blessé et en proie à un sourd désespoir, Meyer, recouvert du cadavre refroidi, gisait depuis des heures dans l'obscurité. Entre-temps, il s'était même endormi d'épuisement, mais s'était réveillé après un laps de temps incertain pour, une fois sa situation réalisée, être pris d'une crise de hurlement, remplacée après un certain temps par des pleurs sans retenue. Finalement, le skin ébranlé a sombré dans une apathie sourde, brisée par la lumière crépusculaire d'un projecteur allumé.

A moitié aveuglé par la lumière de projecteur, il a reconnu une silhouette qui a habilement fait rouler la morte loin de lui et l'a libéré de ses liens en un éclair à l'aide d'un cutter. Avant que Joerg, déchaîné, ne puisse réagir, l'inconnu s'était déjà éloigné.

Gémissant, les membres raides et en proie à la douleur, le libéré se leva lentement du cercueil. Lorsqu'il aperçut la porte ouverte du caveau, un espoir insensé s'éleva en lui. Apparemment, ces fous 'adorateurs du diable' étaient en désaccord entre eux et l'un de ces types voulait le laisser s'échapper. Toutefois, l'état physique et psychique du skinhead ne laissait guère de place à d'autres découvertes, si bien qu'il ne s'est pas interrogé davantage sur les causes de sa libération.

Autant que son état physique le lui permettait, Meyer se déplaça hors de la voûte pour atteindre un tunnel à moitié éclairé, dont les niches murales abritaient une myriade d'ossements humains. Au bout d'un certain temps, le fugitif atteignit la sortie, qui consistait en un escalier le menant directement dans un caveau familial éclairé par la lumière de la lune - un petit mais beau mausolée. De toute évidence, l'entrée était normalement scellée par une sorte de sarcophage mobile qui se déplaçait sur le côté lorsqu'on appuyait sur un interrupteur secret.

« Je crois que c'est l'heure, on devrait s'en griller une ! «

Surpris par les voix qui s'élevaient en direction de l'entrée ouverte de la tombe, Meyer s'accroupit craintivement derrière le sarcophage conscient. Bien que son corps meurtri ait limité ses capacités mentales, qui n'étaient de toute façon pas démesurées dans des circonstances normales, le skinhead commençait à se demander pourquoi les 'adorateurs du diable' n'avaient pas mis en place de gardes supplémentaires.

L'homme accroupi écouta les pas qui s'éloignaient lentement et, plein d'espoir, se dirigea vers la sortie pour y jeter un coup d'œil. A une dizaine de mètres, deux policiers - cette fois-ci pas Macoute ni Tontone - se tenaient de profil par rapport à lui et fumaient tranquillement leurs cigarettes, visiblement plongés dans une conversation à voix basse. Le fugitif comprit que les deux forces de l'ordre étaient manifestement des gardes qui protégeaient l'entrée du tombeau et qu'il devait s'échapper avant que tous deux ne reprennent leur position.

Lentement, Joerg s'est glissé devant les postes de garde, sans remarquer les regards en coin moqueurs et mal dissimulés des deux policiers. Avant qu'il ne parvienne à quitter complètement la zone dangereuse, il entendit des rires accompagnés d'un message radio qu'il ne comprenait pas.

Peu à peu, Meyer parvient à s'orienter. Sans aucun doute, il se trouvait tout près de l'entrée sud du cimetière, en face de laquelle se trouvait l'église Saint-Jude. Une lueur de vain espoir saisit Joerg, l'apostat. Le prêtre de la paroisse, le père Pecunius, était connu à Harst comme un fanal charitable de la foi, qui laissait même occasionnellement les sans-abri passer la nuit dans son église. Si quelqu'un pouvait l'aider à combattre le diable, c'était bien ce représentant bienveillant de la religion chrétienne. Peut-être le père avait-il encore une messe de minuit aujourd'hui, ou du moins l'occasion de se cacher dans l'enceinte de l'église jusqu'au lendemain matin !

En effet, Meyer parvint sans autre à pénétrer par la sortie sud ouverte du cimetière jusqu'à l'église qui se dressait sombrement devant lui. Épuisé, le nazi repenti s'installa sur les marches inférieures qui menaient à la magnifique entrée de l'édifice religieux.

« Mon fils, que fais-tu ici ? «

Comme s'il avait surgi du sol, le corpulent père Pecunius se tenait devant lui et regardait l'homme assis avec des yeux bienveillants.

« Merci mon Dieu ! Révérend, vous ne me croirez pas, mais je suis poursuivi par de dangereux assassins ! Ils adorent le diable et tuent des gens ! S'il vous plaît, vous devez m'aider ! «

Le soulagement et son état de santé fragile ne permirent pas au skin de réfléchir particulièrement à l'étrangeté de la situation.

« Calme-toi, mon fils ! Tu as une mine terrible ! Viens avec moi dans la maison du Seigneur, je t'aiderai à monter les marches. «

Guidés par les paroles rassurantes du prêtre, les deux hommes ont finalement atteint le portail de l'église. Tandis que le père Pecunius soutenait d'un bras Meyer, complètement épuisé, il frappait violemment de l'autre main le portail, qui s'ouvrit violemment. Macoute et Tontone s'emparèrent assez violemment de Joerg le chrétien régénéré et traînèrent le skinhead complètement perplexe à l'intérieur de l'église.

Un cri de désespoir absolu du néonazi a commenté le spectacle insolite qui s'offrait à lui. Le hiérophante se tenait devant l'autel, derrière lequel se dressait une énorme croix en bois d'ébène. La communauté satanique, haute en couleur, s'était rassemblée dans la basilique et se taisait, recueillie et pleine d'anticipation.

« Bien joué, curé ! «

Le père Pecunius, toujours debout à l'entrée, s'inclina respectueusement.

« Merci Maître ! C'est tout de même autre chose qu'un clochard puant et cela vaut certainement 1000 modestes euros ! «

« Que le prêtre reçoive son salaire de Judas et qu'il disparaisse ensuite ! Quant à lui, il ne veut certainement pas manquer sa grande entrée, d'autant plus que sa famille est déjà là. Que le rituel commence ! «

***

© 2020 Q.A. Juyub/ H.K.H. Jeub

Diesen Beitrag empfehlen:

Mit eigenem Mail-Programm empfehlen

 

Die Rechte und die Verantwortlichkeit für diesen Beitrag liegen beim Autor (Qayid Aljaysh Juyub).
Der Beitrag wurde von Qayid Aljaysh Juyub auf e-Stories.de eingesendet.
Die Betreiber von e-Stories.de übernehmen keine Haftung für den Beitrag oder vom Autoren verlinkte Inhalte.
Veröffentlicht auf e-Stories.de am 13.08.2022. - Infos zum Urheberrecht / Haftungsausschluss (Disclaimer).

 

Der Autor:

  Qayid Aljaysh Juyub als Lieblingsautor markieren

Bücher unserer Autoren:

cover

Herzschlag von Silke Burchartz



Gefühle und Gedanken
tief aus der Seele
in Wort und Bild
von Silke Burchartz

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Leserkommentare (0)


Deine Meinung:

Deine Meinung ist uns und den Autoren wichtig!
Diese sollte jedoch sachlich sein und nicht die Autoren persönlich beleidigen. Wir behalten uns das Recht vor diese Einträge zu löschen!

Dein Kommentar erscheint öffentlich auf der Homepage - Für private Kommentare sende eine Mail an den Autoren!

Navigation

Vorheriger Titel

Beschwerde an die Redaktion

Autor: Änderungen kannst Du im Mitgliedsbereich vornehmen!

Mehr aus der Kategorie "Horror" (Französische Kurzgeschichten)

Weitere Beiträge von Qayid Aljaysh Juyub

Hat Dir dieser Beitrag gefallen?
Dann schau Dir doch mal diese Vorschläge an:

Films can be too demanding - Qayid Aljaysh Juyub (Humour)
El Tercer Secreto - Mercedes Torija Maíllo (Science-Fiction)